Accueil » Blog » La dissertation d’histoire-géographie: méthodologie complète (bac, prépa)

La dissertation d’histoire-géographie: méthodologie complète (bac, prépa)

by Nicolas
dissertation histoire geographie
dissertation histoire geographie methodologie
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur linkedin

La dissertation d’histoire-géographie demeure un exercice éminemment délicat, qu’il convient de travailler en profondeur avant de pleinement le maîtriser. Genius Learning passe en revue les éléments à prendre en compte pour briller dans l’exercice ! 💪

La dissertation d’histoire-géographie est redoutée au lycée, mais également dans le cadre des études supérieures (universités, classes préparatoires aux grandes écoles). En se proposant de répondre de manière détaillée à un problème, la dissertation fait appel à la fois à votre connaissance du cours, à votre esprit critique et votre culture générale, et mobilise des qualités de rédaction qu’il convient perpétuellement d’améliorer. La dissertation, par exemple au bac d’histoire-géographie, débute par la découverte du sujet. Il est très important de décortiquer ce dernier au brouillon, tout en y associant les connaissances, les exemples et l’ensemble des idées qui vous traversent l’esprit. Ce travail préliminaire vous permettra ainsi de construire votre dissertation, dont l’architecture se décompose en trois éléments centraux et indispensables: l’introduction, le développement et la conclusion.  

L’importance de l’introduction au sein de la dissertation d’histoire-géo

L’introduction joue un rôle décisif, mais elle reste, s’il est possible de réaliser une telle comparaison, l’équivalent de ce qu’est la bande d’annonce pour un film: elle doit donner au correcteur l’envie de parcourir la copie tout en restant relativement courte et efficace (une introduction optimale est une introduction dont la longueur ne dépasse pas une page, explicitant une orientation au recruteur). L’objectif premier de l’introduction est de soulever le problème posé par le sujet, de délimiter et de reformuler ce dernier, et enfin, de présenter succinctement les éléments qui seront apportés dans le développement.

L’accroche, ou le premier dialogue avec le correcteur

Il s’agit de l’amorce de votre copie, ainsi que de la première impression du correcteur. Les écueils à éviter pour l’accroche:
  • Pas de banalités: des phrases creuses qui se perdent en généralités (exemple: « De tous temps, les hommes ont aspiré à être libres »).
  • Ne pas commencer à réciter son cours: il s’agit d’une mise en bouche et le correcteur ne doit pas déjà frôler l’indigestion.
Les conseils pour une accroche efficace:
  • Utiliser des éléments traditionnels comme des anecdotes, des citations, des ouvrages dont la thèse s’insère particulièrement bien dans les questions soulevées par le sujet, ou des œuvres d’art…
  • Pour trouver un angle d’accroche, il peut être utile de comparer la situation initiale présentée dans le cours à la situation finale. Cette comparaison permet de repérer les ruptures à l’œuvre qu’il faudra expliquer dans le développement, de débuter sa copie de manière dynamique et de poser une première pierre de la problématique.
  • Si vous êtes en panne d’imagination pour votre dissertation d’histoire-géographie: les manuels d’histoire-géographie sont très souvent illustrés, laissant une large place aux images, aux coupures de presse ainsi qu’aux citations. L’idéal serait de s’y plonger avant l’examen et d’y mémoriser certains éléments jugés particulièrement pertinents et dynamiques. Cela permet de gagner du temps de réflexion et d’évacuer le stress de la feuille blanche.

L’analyse du sujet de la dissertation d’histoire-géographie et sa délimitation

Il s’agit du cadrage du sujet et de la mise en avant de sa pertinence. Les écueils à éviter pour l’analyse du sujet:
  • Ne pas aligner des définitions trop longues et trop lourdes qui font perdre de vue l’objectif de l’introduction. Attention, les définitions techniques restent importantes et ont toute leur place dans le développement (elles font partie de l’analyse).
Les conseils pour bien analyser le sujet dans votre dissertation d’histoire-géo:
  • Le sujet se compose d’un concept clé, d’une ou plusieurs dates et d’une notion spatiale. Exemple: « L’affirmation de la Chine comme une puissance mondiale depuis les années 1980 ». Il s’agit alors d’expliquer la mise en relation de « la Chine », du concept de « puissance mondiale » et de la période qui part des « années 1980 ». Aucun sujet n’est posé de manière innocente et il est fondamental de mettre en relation et en perspective les notions qui y sont abordées.

La problématique, la réflexion qui guidera l’ensemble de votre devoir

Il s’agit du questionnement principal qui guidera toute l’analyse du développement. Les écueils à éviter pour la problématique au sein de la dissertation d’histoire-géo:
  • Il ne faut pas réécrire le sujet. L’introduction dans son ensemble constitue un effort de présentation de l’analyse qui sera mise en place dans le développement. Elle fait donc aussi partie de l’analyse.
Trouver une problématique pertinente:
  • La problématique est la suite logique de la rupture que vous avez voulu souligner dans votre accroche, et de l’analyse du sujet. Il peut s’agir d’une question ou d’une phrase affirmative, mais elle doit absolument présenter le problème de fond posé par le sujet et auquel le développement se proposera de répondre.
Exemple: « Selon les dernières estimations venues du monde économique, le PIB de la Chine pourrait dépasser celui des États-Unis dès 2028. Quels ont été les catalyseurs du développement exponentiel de la puissance chinoise ? La croissance de la puissance chinoise a-t-elle des limites ? »

L’annonce du plan: bannir la lourdeur dans votre dissertation d’histoire-géo

Il s’agit de présenter de manière courte et fidèle l’argumentaire qui sera proposé dans le développement. Les écueils à éviter pour l’annonce de plan de votre dissertation d’histoire-géographie:
  • Il est préférable d’éviter les tournures lourdes telles que « nous verrons dans un premier temps… ». Elles sont utiles, ne seront pas sanctionnées en tant que telles, mais manquent cruellement d’élégance et d’originalité.
  • Il ne faut pas introduire des éléments d’analyse qui n’apparaîtront pas dans le développement. Le correcteur doit retrouver dans votre développement les éléments qui lui ont donné envie de lire votre copie dans l’introduction.
  • Il ne faut pas parler des éléments que vous aborderez dans la conclusion dès ce moment. La conclusion est un élément à part de votre copie qui doit garder une part d’exclusivité.
Les conseils pour une annonce de plan réussie:
  • Comme le préconise l’Éducation nationale, votre plan peut se scinder en deux (le minimum) ou trois parties. L’important restant de bien expliquer l’utilité et la valeur ajoutée de chaque partie dans votre annonce de plan.
  • Il est possible de présenter votre plan de manière simple en une phrase. La ponctuation de cette phrase permettra de présenter les différentes parties de votre argumentaire.
Exemple: « La mise en place du socialisme de marché a permis à la Chine de se bâtir une économie foisonnante (I), cette dernière lui permettant aujourd’hui de s’affirmer comme une puissance protéiforme (II), au cœur des grandes enjeux géopolitiques mondiaux (III). »

Le développement, la pierre angulaire de votre dissertation d’histoire-géographie

  • Le développement correspond au « cœur » de votre copie. Vous devez y développer la réponse aux questionnements que vous venez de poser au centre de votre introduction, dans la problématique. La structure du développement reprend celle de votre annonce de plan développée dans l’introduction. Elle se décompose donc en deux ou trois parties, visuellement bien séparées par un saut d’une ou deux lignes au moment de la rédaction.
  • Chaque partie se décompose de minimum deux sous-parties. Il n’est pas utile de sauter une ligne entre chaque sous-partie, un simple alinéa étant suffisant. Chaque partie de votre dissert d’histoire-géo développe une part de l’argumentaire que vous souhaitez mettre en place. Dans cette construction, les sous-parties fournissent les arguments qui sont les moteurs de votre analyse.
  • Un argument: c’est un mix de deux différents éléments qu’il s’agit de bien associer: des connaissances précises et des exemples.
Exemple: « Arrivé au pouvoir après la mort de Mao en 1976, Deng Xiaoping souhaite stabiliser la puissance chinoise et développer son secteur économique (CONNAISSANCE). Pour ce faire, il décide notamment de réguler la démographie chinoise en instaurant la politique de l’enfant unique en 1978 (EXEMPLE 1). Il lance également une vaste campagne de réformes et d’investissements au sein des structures de l’économie du pays. Ces efforts se matérialisent dans la politique dite des « Quatre modernisations » (EXEMPLE 2). »
Les parties et sous-parties forment l’architecture de votre argumentaire. Ces dernières doivent être articulées, de manière raisonnable, avec des éléments de syntaxe qui traduisent un effort d’argumentation comme les conjonctions de coordination et les adverbes. Faire un lien entre vos grandes parties à l’aide d’une transition est aussi vivement encouragé dans votre dissertation d’histoire-géo.

La conclusion du devoir: la nécessité de sortir par la grande porte face au correcteur

Il s’agit de la dernière impression donnée au correcteur. À ce titre, la conclusion revêt un enjeu particulier au sein de votre copie, au même titre que l’introduction de votre dissertation d’histoire-géographie.
  • Si le temps imparti est suffisant bien sûr, il est toujours préférable de rédiger une première fois au brouillon votre introduction et votre conclusion. Le correcteur y est particulièrement sensible, et la rédaction à l’aveugle, directement sur la copie, débouche rarement sur un résultat optimal.
  • La conclusion d’une dissertation est toujours relativement courte (la moitié d’une page grand maximum). Elle doit néanmoins être tout particulièrement travaillée.
  • La conclusion se décompose en deux parties (il ne sert à rien sauter une ligne entre): le bilan de votre développement; une ouverture qui met en perspective le sujet.
Comme pour l’accroche, il est préférable de préparer pour chaque grand chapitre du programme une ouverture possible en amont de la dissertation d’histoire-géo. En plus d’être un gain de temps, ce travail préliminaire vous permettra d’optimiser ce moment apprécié des correcteurs (car il fait appel à votre curiosité, à votre ouverture d’esprit et il s’agit des tous derniers mots de votre travail). D’ailleurs, les articles du blog de Genius Learning peuvent vous aider dans votre préparation. L’ouverture ne doit pas consister en un questionnement banal et maladroit (exemple: « La Chine fera-t-elle la guerre aux États-Unis ? »), mais bien en un travail de réflexion personnel, qui élargit le sujet et ouvre des perspectives vers l’avenir. Une fois la conclusion terminée, pensez à bien vous relire. Trop de fautes d’orthographe peuvent laisser une mauvaise impression et affaiblir la force de votre argumentation en détournant le correcteur du fond de cette dernière.

NEWSLETTER GENIUS LEARNING

Conseils pédagogiques, service orientation, fiches de révision...